Edition 2017



Polityslexie ...




Les actuels cadres du parti socialiste sont emblématiques d'un très grave trouble qui consiste dans leur cas en une extrême confusion entre leur gauche et leur droite, il est facile de constater que depuis leur élection ce handicap majeur s'aggrave et que nul ne peut dire si il pourra un jour être guéri tellement il est devenu invalidant.

Pourtant pendant toute la campagne électorale qui avait servi à le propulser aux affaires le pitoyable champion désigné par les militants du PS n'avait pas été avare de promesses sociales qui laissaient présager une véritable rupture d'avec la politique droitière de son excité de prédécesseur, ses tirades grandiloquentes qui désignaient la finance comme un ennemi sont encore dans toutes les mémoires de ceux qui ont eu la faiblesse de croire en lui.




De beaux discours qui n'étaient en fait que des mensonges électoraux puisque trois années plus tard il ne reste d'eux qu'une sordide trahison prouvée par une gouvernance libérale avérée qui n'a cessé de détruire peu à peu les acquis sociaux des Français comme le souhaitaient toutes les élites capitalistes qui n'avaient pas pu entreprendre ces réformes réactionnaires à l'époque du gouvernement antérieur pourtant réputé pour son mépris du peuple.

C'est donc un socialiste est parvenu a satisfaire des libéraux au delà de leurs espérances passées et les exemples ne manquent hélas pas pour dénoncer ces manoeuvres mais si il fallait nommer des responsables de ces félonies politiques il serait impossible de ne pas citer après son petit chef, le premier ministre actuel totalement asservi aux sulfureuses chapelles atlantistes de ses maîtres, puisqu'il est parvenu à constituer sans réelle opposition des gouvernements beaucoup plus américains encore que ceux inventés par le pathétique petit personnage d'opérette qui sévissait précédemment comme chef de l'état.








Le président Hollande et son équipe d'imposteurs ont confié les rênes de la nation à des intérêts des financiers et au patronat mieux que personne ne l'avait fait auparavant et cette forfaiture leur permet d'être, en compensation, invités très gracieusement aux différents évènements chics organisés par ces décideurs de l'ultime qui peuvent ainsi mieux les manipuler et se moquer ouvertement de leur ridicule servilité.

Finalement c'est tout un gouvernement composé des bouffons d'une gauche qui ose se prétendre socialiste qui est à présent devenu la risible coqueluche dans les salons parisiens en escroquant leurs électeurs de la mission qui leur avait été confiée pour enfin rétablir socialement le déséquilibre flagrant dont souffre tout le peuple.






Le socialisme Français, par l'intermédiaire son ministre de l'économie, confond sans équivoque ni honte son rôle avec celui de la droite radicale et provoque des effets pires encore que ceux produits par les anciens conservateurs de Matignon et de l'Élysée, seul son très populiste slogan "le changement c'est maintenant" aura été respecté avec quelques modifications mineures puisque cette transformation est en effet constatable dans nôtre actualité et qu'elle est hélas plus que catastrophique.

Quelques fidèles militants croient encore en un miracle qui pourrait faire basculer leur parti vers une gauche enfin plus  sociale, ils imaginent qu'il est possible de réformer de l'intérieur le désastre en cours et que les décideurs de cette stratégie politique vont laisser s'opérer ce virage radical pendant que les autres s'insurgent.






Ils espèrent en une chimère bancale et leurs espoirs seront rapidement contrariés par les futures mesures qui seront promulguées par ce gouvernement devenu politiquement dyslexique pour encore favoriser le libéralisme sauvage en sacrifiant des acquis sociaux qui ne sont pas du tout à l'ordre du jours des impérialismes dominants.

Toute cette mascarade est évidemment et comme d'habitude soutenue par une grande majorité d'élus de toutes obédiences, par la presse aux ordres de ces mêmes mandarins de l'économie, par les pseudos experts ou intellectuels autorisés et par les partis extrémistes qui se réjouissent en cœur d'une déliquescence dont ils espèrent tous tirer profit.




...