Edition 2017



Régugiés ...









JE VEUX ETRE RACISTE


Ca doit être génial d'être raciste. Franchement, j'aimerais bien l'être. Je rigole pas. Parce que quand t’es raciste, tu sais toujours qui est le coupable et pourquoi se fatiguer à chercher, ce sont toujours les mêmes.

Quand t’es raciste, tu te sens super intelligent car tu trouves des solutions super simples aux problèmes complexes. Yaka couler les bateaux, tous les renvoyer chez eux, interdire l’Islam au nom de la liberté d’expression. Et zou, c’est réglé. O toi le raciste, comme je t’envie tes belles évidences tranquilles alors que je gaspille mon temps à douter de tout.

Quand t'es raciste, tu trouves le moyen d'avoir raison chaque jour. T’es un peu déçu quand c’est un belge-catho-blanc qui a braqué Mémé, mais tu trouves vite une occasion de te consoler.

Quand t'es raciste, t’es un vrai résistant et ceux qui pensent pas comme toi sont soit des Bisounours soit des bobos, soit des collabos, alors que toi, tu es extra fort et puissant. Y a plus qu’à passer à l’action.

Quand t’es raciste, tu es un homme, un vrai, parce que tu sais ce qu’il faut faire mais que les hommes politiques n’ont pas de couilles. Et puis quand t'es raciste, t'es aussi voyant extra lucide car tu connais l'avenir de l’Europe si ON ne fait rien très vite. Alors que moi, j’arrive pas à prédire le temps qu’il fera demain même après avoir lu la météo.

Ce qui est formidable dans la vie d’un raciste, c’est que tu peux être à la fois raciste et victime du racisme. Rien ne t’empêche de faire partie d’une minorité et d’en maudire une autre. Qu’est-ce que ça doit défouler.

Quand t’es raciste, tu connais pas la honte car tu dis tout haut ce que tout le monde pense tout bas. Et c’est là qu’on voit que t’es vraiment costaud, parce que moi, je sais pas ce que les autres pensent et j’aimerais bien avoir aussi ce super pouvoir.

Quand t’es raciste, tu dois jamais te poser les questions qui font mal vu que quand quelque chose va de travers, c’est forcément quelqu’un d’autre qui doit changer et pas toi. Ca, ce sont de vraies vacances.

Et puis t’es pas raciste, t’es islamophobe et ça c’est plus fort que fort. Parce qu’une phobie, c’est une névrose caractérisée par une peur irraisonnée et incontrôlable d’un danger inexistant. Je t’envie trop parce que moi, mes désordres mentaux, je fais tout ce que je peux pour pas trop les montrer alors que toi tu réussis à en faire un drapeau.

Quand t'es raciste, la vie est simple parce que tu peux mettre tous les (n'importe quel groupe) dans le même sac sans te sentir affreusement con alors que moi, dès que je fais une simple généralité je me trouve débile.

Aidez-moi les gars, je cherche un groupe ethnique à haïr. Ouvert à toute proposition. Et si toi aussi, tu voudrais devenir raciste mais que tu y arrives pas, partage.
Philippe Dylewski
 
 

 
(  Merci à Philippe Dylewski pour ce texte radical qui  illustre si bien la raison principale des réactions honteuses et pitoyables d'une partie de ces Français, souvent aux origines indistinctes, qui osent juger négativement l'actuelle détermination de ces malheureux réfugiés qui tentent de fuir les terribles conditions de vie globalement engendrées par les conséquences nuisibles de l'interventionnisme occidental qu'ils supportent dans leurs différents pays. )
 

Une France qui n'est en rien innocente de cette tragédie